mercredi 24 avril 2013

Plantes tinctoriales : les comprendre

Une Plante tinctoriale possède les propriétés de teinter une fibre et cet article est loin de toutes les citer, elles sont bien trop nombreuses, mais il vous donnera un début de piste pour les comprendre.

Je tiens également à souligner que toutes les informations donnés ici sont sur les plantes tinctoriales dans une utilisation générale, pas exclusivement pour les teintures capillaires ou les savons.

Parce qu'entre autres bien trop nombreuses, Colbert a voulu les distinguer en deux espèces ( 120 tons de teinture ) les Grand-teint ou Petit-teint en rapport à leurs qualités.



* Teintures Grand-teint et Petit-teint

les "Grand-teint" ce sont les teintures aux couleurs franches, résistantes à la lumière et aux lavages répétés, tout le contraire des teintures « petit teint » bien instables et éphémères.
Le mot "teint" est utilisé en peinture pour définir la permanence d'un produit colorant sur son support quel qu'il soit.

Les teintures classées grand-teint ne sont vraiment pas nombreuses : pastel, garance, gaude. On suppose qu'un mélange entre elles serait bien plus stable. Effectivement au Moyen age, pour obtenir du violet pourpre le mélange se faisait avec de la garance (rouge) et du pastel (bleu).

Pour comprendre comment utiliser les pigments naturels, il faut que nous fassions un petit tour par les couleurs ....

Nous n'avons que trois plantes tinctoriales classées Grand-teint, mais l'apparence est trompeuse puisque ce sont des couleurs principales appelées aussi "primaires" ou élémentaires. Elles sont à la base de toutes les autres couleurs. 

Leur nom l'indique, il n'est pas possible de les créer avec un quelconque mélange de couleurs.
En les mélangeant entre elles et à parts égales, on obtiendra trois couleurs dites "secondaires". 

Reprenons !  Les plantes à grand-teint : 
pastel pour le bleu, garance pour le rouge, gaude pour le jaune.



Si on s'amuse à mélanger les 3 couleurs primaires ensemble : 
* à parts égales nous allons créer une couleur très ressemblante au noir
* et avec une dominance chaude ( de jaune ou de rouge ) on se retrouvera avec du marron 


Nous avons déjà 8 couleurs. 

Mais cela ne s'arrête pas là... Si je souhaite aller plus loin, je peux également obtenir des couleurs "tertiaires" en mélangeant une couleur principale ( rouge, bleu, jaune ) avec une couleur secondaire voisine.


Exemple de couleurs tertiaires voisines 




Compliqué ? Mais pour nous faciliter les choses en histoire de l'art on utilise le cercle chromatique, et là tout devient plus clair .....


Qu'est ce que l'on peut remarquer sur ce cercle de couleurs ?

quelque chose de très intéressant et utile en coloration végétale et en savonnerie !!!
A l'opposé de chaque couleur se trouve sa complémentaire.

  • Le jaune est complémentaire du violet
  • Le vert est complémentaire du rouge
  • Le bleu du orange etc.... 


* En peinture afin de créer les ombres d'un sujet, on utilise sa complémentaire, elle assombrit un mélange sans la ternir. Si on s'arrête un instant à observer le triangle ci-dessous, nous allons remarquer ...

  • les nuances de jaunes mélangées avec leurs complémentaires qui sont les nuances des violets....donnent des tonalités de kaki à brun. Cela vous rappelle quelque chose j'en suis sûre.



L'évolution du classement des plantes tinctoriales 

Le classement de "teint" à évolué avec les époques, et aujourd'hui on utilise : 
La gaude pour le jaune,
Le pastel, le guède et l’indigo pour le bleu,
Le carthame et la garance pour le rouge,
Les plantes à tanins, comme le noyer, le chêne, le châtaigner, le sumac, le gambier, le grenadier…


D'autres plantes comme : La sarriettes de teinturiers, le genêt à balais pour le jaune, le Sorgho pour le rouge foncé etc...Sont tout aussi stables et intenses, mais sont moins utilisés.
GARANCE 


INDIGO 

GAUDE









* Les couleurs d'une même plante peuvent être différentes, et i y a plusieurs raisons à cela :
  • les parties utilisées de la plante  
  • les méthodes d'extraction
  • la saison de la récolte
  • le climat et le type de sol dans lequel elle évolue
  • les ajouts utilisés 

quelques exemples connus : 
- dans le sureau noir les baies donnent du bleu/mauve mais ses feuilles du jaune/kaki. 
- le carthame une fleur particulière riche en trois pigments ( rouge, rose et jaune ) le jaune étant le pigment moins stable, il suffit de quelques lavages pour qu'il s'efface et ne garder que le rouge que nous connaissons sous le "rouge de carthame" ou " rouge d'Espagne".....Son utilisation remonte bien loin, par exemple en Angleterre on utilisait le rouge de carthame pour les rubans officiels...


CARTHAME des TEINTURIERS

* L'idéal pour optimiser la décomposition des substances colorantes dans l'eau, serait de plonger la partie de la plante dans l'eau tiède et la laisser reposer quelques heures, les pigments se gorgeraient d'eau, et une décoction pourrait en tirer une grande partie du colorant.




C'est aussi à ce moment habituellement qu'on y ajoute d'autres produits bien connu comme le vinaigre ou le citron par exemple.






* Lorsque l'on utilise une plante tinctoriale sur nos cheveux, celui-ci devient le support du pigment, et si l'on souhaite lui donner le plus de chances de s'accrocher, un coup de main ne serait pas de trop en le débarrassant de toute barrière existante, le sébum, la pollution, des résidus de produits coiffants, etc.. Voilà pourquoi il est bien mieux d'avoir les cheveux propres avant d'effectuer une teinture végétale.




* Certaines teintures peuvent être réalisées directement par infusion, décoction ou application immédiate. D'autres on besoin d'un mordant. Vous l'avez compris par son nom, il aide le pigment à se fixer à son support.

Pour cela on utilise l'alun de potasse ( le plus courant en peinture et teinturerie), la crème de tartre, la craie, la potasse, hydrosulfite et bien d'autres...On peut également utiliser du vinaigre et du citron comme adjuvants.
Très souvent on utilise l'alun pour ouvrir les écailles, et la crème de tartre pour mieux disperser le pigment sur son support avant qu'il ne se fixe. 

Ceci dit certaines plantes peuvent aussi servir de mordant, par exemple le soufre végétal ou les cendres de certaines arbres ( châtaignier, pommier sauvage, camélia...) la rhubarbe.

exemples :
- L'orcanette se fixe bien mieux avec l'argousier sur son support. 
- L'indigo aidé par de l'alun et la crème de tartre fixe durablement ses pigments

En peinture et en teinturerie le mordançage peut se faire avant, pendant ou après, ce qui facilite le résultat, bien sûr en savonnerie et teinture capillaire c'est bien plus compliqué comme procédé, mais pas impossible !

PIGMENTS marché GOA INDE

* Trois techniques différentes sont utilisées pour les teintures :
à froid, à chaud et la teinture de cuve pour les colorants de type indigo qui ne sont pas hydrosolubles. Cette dernière méthode n'est pas compatible pour un usage cosmétique.

En grandes lignes et d'une manière générale, on pourrait résumer que :
  • proportion de pigment/eau : plus le mélange est dilué, plus la teinte sera claire
  • température : plus elle basse, plus la teinte sera claire
  • durée : plus elle est courte, moins la teinte sera intense
Une particularité de la teinture végétale est qu'elle fonctionne par addition de couleurs, comme nous l'avons vu plus haut avec les couleurs primaires, secondaires...
Un rouge+bleu = violet
Un jaune+bleu= vert
..........
Un exemple concret de teinture végétale : écorce de pin, mélangée à de l’écorce de
branches et de racines de noyer, à de la garance et à du henné, donne du marron chocolat très stable.
-------

Le rendu d'une couleur végétale est bien plus aléatoire que sa version synthétique ou chimique.
Mais nous pouvons affirmer que la couleur de son support influence le résultat final ainsi que le milieu dans laquelle est dispersée.

Dans ce cas pouvons nous lever le mystère du violet en savonnerie et coloration végétale ?

Alkanna tinctoria
  • La pâte à savon a quasiment toujours une partie de jaune, et comme nous l'avons vu plus haut, le violet et le jaune donnent des nuances de couleurs allant du kaki au brun.
  • L'orcanette en milieu basique aura une tendance au brun.
  • Elle n'est que très peu hydrosoluble, il lui faut donc un liant, c'est à dire une huile.
  • Si elle est trop dosé elle sera très foncé.
  • Si les pigments ne sont pas suffisamment gorgés de liquide, son colorant ne sera pas exploité.
  • Le mordant végétal de l'orcanette est l'arbousier, il permet de fixer ses pigments au support. 

L'orcanette sur différents supports et PH





Les facteurs d'un résultat avec une plante à petit-teint, comme nous avons vu sont très nombreux !!! 


Nous trouvons nos plantes tinctoriales, un peu partout, dans le potager, dans les champs, dans les forêts et au bord de mer; certaines sont plus mystérieuses et magicienne que d'autres, elles défieront tous les paris, mais c'est bien tout cela qui est fascinant, non ?



Exemple d'un tableau peint avec des pigments végéteaux


Renseignements auprès du Conservatoire de la couleur, Centre de ressources de la couleur végétale, Jardin des plantes à couleurs, ouvrages : " Manière de peindre ", "Teintures Naturelles ", " Le monde des teintures naturelles ", " Couleurs végétales, teintures, pigments et encres ", photo : encyclopédie universelle, wikipedia, web.







26 commentaires:

  1. super intéressant, dans mes favoris pour plusieurs relecture. je ne veux pas oublier un mot.
    ilhame

    RépondreSupprimer
  2. Faut vraiment que je viennes plus souvent faire un tour chez toi, j'adore tout ce que tu dis... une mine d'infos. bravo pour le partenariat avec Cristine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment super gentil, ça me fait plaisir :) Merci

      Supprimer
  3. Félicitation très beau travail ,surtout l'explication du mordançage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ;) un long et vaste sujet qu'est celui-ci...

      Supprimer
  4. quel super article , passionnant et enrichissant
    Merci à toi !!!

    RépondreSupprimer
  5. J'adore ! un super article.

    Du coup garance + indigo sa peut donner du marron?
    Je retient que l'on peut mettre de la pierre d'alun pour fixer l'indigo.

    RépondreSupprimer
  6. Lorsque l'on utilise le deux étapes... Henné avant puis en l'indigo après... Le bleu de l'indigo vient atténuer le orange du henné.. Si tu reprends le tableau ce sont donc des couleurs complémentaires... La garance étant plus rouge, la couleur sera plutôt comme celle de la photo "garance" dernière à droite.

    RépondreSupprimer
  7. Super article, très intéressant
    Fanny Lainé

    RépondreSupprimer
  8. Quand un dis la pierre d'alun de potasse, c'est la poudre d'alun qu'on met dans les deo ?
    Merci de ton retour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je parle de poudre d'alun à usage cosmétique (voir AZ) par de pierre :) oui la même que l'on mets dans le déo ^^

      Supprimer
  9. Bonjour,
    Génial, ton article.. on apprend beaucoup de choses !!!
    Mais j'avoue que j'ai besoin d'aide.. 😜
    J'aimerai contrer le rouge que le henné donne, quelle poudre je dois ajouter??
    J'aimerai obtenir un cuivré doré, est ce que je suis ta recette avec le henné d'egypte, le miel, la bière, la camomille...
    Bravo, pour tous ces changements de couleurs qui ne sont pas facile a obtenir.. !!! Je te remercie pour ta réponse, bonne soirée, natalie..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vraiment ravie que ça puisse aider à connaitre ses merveilles :)
      Pour contrer le rouge le katam ou l'indigo.
      Pour un cuivré doré je te dirais oui dit comme ça, mais ta base ? tu parles de quelle recette Nat ?
      Pour les changements de couleurs, au final ce n'est pas si difficile, si on arrive à bien comprendre les pigments dans leurs milieu. Faut dire que mes cheveux son un excellent support d'expériences lol

      Supprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  11. bonjour,
    merci pour ta réponse, je fais du henné depuis fin d'année 2013 et j'ai beaucoup foncé, je partais d'une coloration chimique rousse. j'aimerai éclaircir donc je me suis mise a faire henné bond plus camomille, miel, raponthic, verge d'or.. évidement il n'y a pas de grand changement.. mes cheveux naturels sont châtain cuivré/doré, (je me souviens qd je ne faisais aucune couleur avoir essayé de trempé mes pointes ds l'eau oxygéné pour qu'il éclaircissent plus) je dirai que j'ai un châtain qui éclairci au soleil et qui tire sur du cuivré/doré. est ce que je répond a ta question?.
    sur tes photos, j'aime quand tes cheveux sont caramels!!
    merci pour ton aide..
    natalie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pour éclaircir oui la bière, le miel d'eucalyptus, le lait ou mieux la crème de coco, le citron.. mais regarde mon article sur la bière et l'olive ça pourra t'aider ^^ Pour ta couleur, si tes cheveux répondent bien au soleil, tu peux poser ton masque à base de miel et bière ou lait de coco citron..laisser 6 à 8 h puis, rincer au même mélange et laisser sécher au soleil, qui aidera nettement.
      Donc oui tu peux faire une jolie "routine" comme si dessus, puis du henné en suivant ma recette du "caramel". Eclaircir c'est plus difficile, un peu de patience mais on y arrive ^_^

      Supprimer
  12. Bonjour,

    Vraiment très intéressant tout ce que tu dis sur les plantes tinctoriales!
    Pourrais tu me dire comment je peux optimiser mes chances d'obtenir le joli marron que je vois sur une des photos de ton blog (cheveux longs et frisés), j'ai une base de brune avec des cheveux blancs 40% environ, je fais du henné en 2 étapes avec de l'indigo, je le fais très simplement par manque de connaissance des infusions et de tout ce que tu explique pour le "mordant" et autres techniques.
    J'aimerais tirer sur le brun marron et pas sur le brun auburn, y a t-il des composants à inclure dans ma routine dans les 2 étapes pour obtenir du marron?
    J'ai vu que tu parles de l'alun et de la crème de tartre... comment les utiliser et dans quelle proportion???
    Désolée pour toutes ces questions, mais j'aimerais vraiment trouver une recette qui me convienne car j'ai de plus en plus de mal a voir du "rouge" dans mes cheveux. :-(
    Merci de me répondre.

    Nadia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nadia,
      et bien l'indigo effectivement avec du henné tire plutôt sur le violine à auburn, peut-être qu'en rajoutant du brou de noix avec une infusion de romarin ...
      Pour l'alun et la crème de tartre c'est une pincée qu'il faut ajouter pour stabiliser la couleur, pour 100gr de henné au total, on les utilise essentiellement avec les plantes à petits teint qui sont "fuyantes" comme l'indigo par exemple qui dégorge au lavage.
      Il faut aussi que tu gardes en mémoire que les couches de hennés se superposent, la couleur fonce au fur et à mesure, pour y remedier, un masque de crème de coco de temps à autre...

      Supprimer
  13. Merci beaucoup pour ta réponse. Pas facile quand même tout ça, décidément les plantes et moi ça fait 2 :D . Même les plantes vertes de la maison n'ont pas une grande espérance de vie avec moi.
    Je vais essayer avec le katam et avec un henné moins rouge, genre un tazarine, mais ce qui m'embête avec le brou de noix c'est qu'il a la réputation d'être très fugace.
    Je viens d'acheter du cachou, connais tu cette plante en poudre? Je vais le tester dans mon prochain henné.
    Merci encore. ;)
    Nadia.

    RépondreSupprimer
  14. pas facile les plantes en effet, elles sont pleines de surprises :) Le cachou oui je connais, c'est un rouge assez foncé quand même, le brou de noix seul effectivement n'a pas grand espoir, mais associé au henné il donne de jolies teintes.
    Le rouge est une des couleurs naturelles ou il faut être très patiente faire des essais et trouver la plante et la recette qui permettra de l'entretenir.

    RépondreSupprimer
  15. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer